Bullet journal #3 Pourquoi je continue

Voilà déjà 3 ans que j’utilise un bullet journal ! Souvenez-vous je vous en avais parlé ici et . Bizarrement, je n’ai plus fait d’article sur le sujet depuis lors alors que c’est un outil que j’adore et que j’utilise presque quotidiennement (avec des pauses, parfois). Je me suis donc dit qu’il serait intéressant de faire le point sur les raisons pour lesquelles ce carnet m’est devenu indispensable.

Les listes

Mon utilisation première du bullet journal, ce sont les listes ! J’aime faire des listes : les tâches du quotidien, des grands projets, les livres que je souhaite lire, des idées couture, … Bref, ça part dans tout les sens et le bullet journal permet de toutes les rassembler en un seul et même endroit. C’est fini les to-do lists sur un post-it perdu au fond du sac et celles écrites à l’arrière d’un ticket de caisse ou dans les notes de son téléphone (qu’on ne consulte jamais).

Grâce à ces listes, je suis plus organisée. Chaque jour, ou presque, je note les tâches que je dois/souhaite réaliser. J’aime réfléchir à ma journée et me donner de temps en temps des objectifs. Lorsque j’essaye d’acquérir une habitude (comme par exemple ranger mes vêtements le soir), je la note également dans ma to-do quotidienne. Quel plaisir de pouvoir cocher une petite case supplémentaire !

J’ai également l’esprit plus libre car je n’hésite pas à faire des grosses listes de tout ce que j’ai en tête, comme par exemple pour les 101 choses à réaliser en 1001 jours. Pour moi, il n’y a rien de plus efficace quand on a mille choses en tête, que de s’installer au calme et de les poser sur papier. Cela me permet de mieux me rendre compte de ce qui est prioritaire et de mettre des deadlines pour les tâches réellement importantes.

C’est aussi très utile pour les pannes d’inspiration ou les trous de mémoire. Récemment, on s’est creusé la tête pour trouver un chouette restaurant où aller manger. Le lendemain, on s’est souvenu de 2 restaurants qu’on voulait tester… J’ai maintenant une liste « Restau à tester » prête pour la prochaine fois et qui peut être complétée au fur et à mesure !

La liberté

Tout d’abord, chacun est libre de trouver son propre style. Cela va du bullet journal ultra sobre et minimaliste au bullet journal qui relève plus de l’art journal avec des titres calligraphiés, de beaux dessins, des collages, de la couleur, des stickers, etc. Mais surtout, et encore mieux : on peut changer de style en cours de route ! Parfois j’ai envie d’avoir de jolies pages décorées avec du masking tape et des bics de couleur. Mais par moment, je passe des semaines à faire de simples listes au bic bleu (ou parfois au bic noir, folie folie !). D’ailleurs le carnet présenté sur la photo est ultra minimaliste dans son ensemble. Etant presque arrivée au bout, j’ai déjà acheté le prochain que je commence à décorer petit à petit avant de l’utiliser réellement comme bullet journal car j’ai envie d’en faire un plus joli cette fois.

Ensuite, on peut remplir les pages quand on le souhaite et décider de l’espace qu’on dédie à une journée ou a une liste ! Besoin d’une pause pendant 1 semaine ? Aucun soucis ! Cela ne changera rien à notre carnet, il n’y aura pas de page blanche pour autant. Les to-do lists sont généralement beaucoup plus importantes le week-end alors on utilise plus de place pour celles-ci (alors que, dans la plupart des agendas, ce sont les cases les plus petites).

Bref, j’aime cette liberté qui m’a permis de compléter entièrement plusieurs carnet. Ce qui, il faut bien l’avouer, est un fait plutôt rare, non ?

Aujourd’hui, j’aimerais aussi ajouter une dimension « memory keeper » à mon bullet journal. Je pense y coller des cartes de visite de restaurant ou un ticket de train, noter un souvenir ou un sentiment, etc. Je ne sais pas si c’est quelque chose qui me conviendra sur le long terme mais je prends la liberté d’essayer ça… Et éventuellement de l’arrêter si cela relève d’une contrainte plutôt que d’un plaisir.

La diversité

Vous l’aurez compris, un bullet journal, ce n’est pas qu’un agenda, ni un journal intime, ni un recueil à idées : c’est tout ça à la fois ! D’une page à l’autre, on peut passer à des choses complètement différentes et sans aucun rapport. Si j’ai envie de noter mes 3 highlights quotidiens pendant 1 mois, je le fais. Et cette jolie liste se trouvera peut-être en face d’une to-do list de ménagère (aspirer – machine draps – faire du pain). Pour les pages plus importantes, je n’hésite pas à coller du masking tape sur le bord pour pouvoir les retrouver plus facilement.

Plus besoin d’avoir un journal de gratitude ET un agenda ET un carnet d’inspiration. Le tout peut être rassemblé dans un seul carnet. Cela donne plus de chance de s’y tenir : on fait notre to-do list du jour et, au passage, on ajoute une ligne sur sa page « gratitude » du mois.

En fait, mon bullet journal s’apparente à un cahier de brouillon… mais que j’ai envie de conserver ! Alors pour que ça sonne mieux, on peut dire que le bullet journal est un carnet de vie.

Bref, si vous aimez les listes et les carnets, je vous conseille de tenter l’aventure. Moi, j’adore !

Des bisous,

Typhanie